La photosphère

Quelle est la couleur du soleil ?

Or brasillant, vermeil d’été éternel parfois blanc zénith (on dirait des couleurs de vernis ou de peinture dit comme ça) qui sont sans doute les couleurs de la couche de lumière de l’astre celle que nous voyons et que l’on appelle en jargon d’astronome : la photosphère.

Eh bien à la lueur du soleil, je voudrais vous montrer, mon image, la couche superficielle de mon être que j’ai l’arrogance d’appeler ma photosphère, composée de mes photos, et abstraitement l’idée que les gens se font de moi, ce que je représente pour eux, les a priori en résumé. Tout cela fait mon apparence à savoir la couche de lumière, celle que les autres voient ou croient voir, ces regards qui détermineront qui vous êtes dans la sphère sociale. Parenthèse ouverte, si vous êtes assez malins, vous pouvez choisir de tromper ces yeux d’Argus, contrôler cette image, en jouant le jeu de l’apparence mais attention à ne pas vous y perdre car ce jeu est pernicieux quand son identité est encore lacunaire ou imparfaitement constituée, parenthèse refermée.

Et étant donné le scepticisme criard que je manifeste à l’égard d’instagram, désabusé, déçu qu’un réseau qui, à l’origine, promettait la photo, piquait le nerf artistique, soit converti en lieu de monstration (petit clin d’œil à mon article précédent) où les comptes instagram devenus des cabinets des curiosités contemporains, servant d’étals de négoce, vraie manne financière pour le drop shopping, et une mine d’or insondable pour ceux qui exploitent nos données personnelles. Voilà pourquoi j’ai décidé de ne plus y être et de partager chacune de mes photos ici, selfies, paysages, etc…

Share:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *